AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aux violons Brisés...[Pv Victoria Gomez]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vassili Tolkien
Membre du personnel
avatar

Messages : 9
Points : 14
Date d'inscription : 25/11/2011

Carte étudiante
Groupe : Personel
Année : aucune
Liste des cours à l'horaire:

MessageSujet: Aux violons Brisés...[Pv Victoria Gomez]   Mer 30 Nov - 20:46

Le temps ne s’écoulait plus. A l’aube il y avait l’espoir, au soir venu il ne restait que les cendres.
Les cendres d’un espoir mal placé, le genre qui ne laisse finalement place qu’à la mélancolie, au désespoir. Non, Vassili Tolkien n’était pas un homme négatif dans sa façon de parler, mais sa récente arrivée à Londres le laissait perplexe, bouche bée. Parfaitement sur les fesses.

Rien ne ressemblait a sa Russie natale. Oh! Bien sur il s’était préparé psychologiquement au dépaysement, mais il ne pouvait s’empêcher d’espérer chaque matin que le bon dieu faisait, de croire.
D’espérer, entrapercevoir un instant un bout de son pays. Il n’était pas un enfant, et ce n’étaient pas les jérémiades de sa mère adorée qui lui manquaient. Juste l’air de son chez lui, l’air ou raisonnait encore les Mazurkas, l’odeur de sa terre natale. Le vent froid de Moscou qui parcourrait son échine,…

Bref, pour qui ne l’eu pas compris, pour le jeune médecin: la journée était a la nostalgie. Tout lui manquait et il se sentit piteusement semblable a sa génitrice lorsqu’il s’entendit dire que la journée « passait trop lentement ». Il congédia avec un sourire chaleureux une jeune élève et ferma la porte a double tour priant pour que personne d’autre ne vienne. Il rendait son tablier dans moins de dix minutes alors par pitié, qu’on le laisse en paix.

Un autre jour, il aurait été absolument ravi de faire quelques heures supplémentaire, il aurait même ouvert la porte de sa chambre a qui cherchait une oreille attentive et dévouée. Mais pas cette fois. Pas ce samedi matin. Sa prière fut entendue et il pus quitter sereinement son cabinet de black-Velvet pour les rues larges et grouillantes de vie de Londres.

Le russe n’avait pas eu la réelle occasion de visiter la ville depuis son arrivée a l’académie, ou il avait été surbooké avec les visites médicale et tout le toutim. Pas une seconde a lui. Il s’était montré conciliant, ne vitupérant pas sur les horaires scandaleuse qu’on lui avait enjoint sans lui demander son avis. Il ne pouvait pas ronchonner dés son arrivée! Et puis s’était un mal pour un bien!

Son regard de husky se posa lentement sur toutes les vitrines de la place marchande, ses prunelles de merveille se repaissant de toutes les couleurs qu’elle trouvaient, absorbant pour l’éternité des étincelles de vie. Ah! Il aimait ça! Tant le silence l’apaisait, tant le bruit de la vie qui engorgeait et emplissait incessamment les rues des villes le comblait d’une joie inexpliquée. Sans doutes que cette gaieté le conforté dans son idée que l’humanité n’était pas constituée que de déchets. Non, les Hommes étaient beaux: il fallait savoir les regarder.

Le vent souffla dans son dos dispersant à son grés ses longs cheveux d’or. Il aimait le cris du vent, par ce qu’avec un peu de concentration: il pouvait y entendre le chant d’un violon qui se brise lentement.
Il aimait le vent…alors il laissa l’Alizée bercer son cœur.

Laissant son regard voguer sans but il s’arrêta sur une crinière de feu qu’il aurai sans doutes reconnues entre milles.
Le jeune homme souris pour lui-même et adressa joyeusement ses salutations les plus sincères.
- Miss Gomez....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Gomez
Professeure
avatar

Messages : 533
Points : 700
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 27

Carte étudiante
Groupe : Enseignants
Année : /
Liste des cours à l'horaire:

MessageSujet: Re: Aux violons Brisés...[Pv Victoria Gomez]   Dim 4 Déc - 9:00

La neige avait été tardive cette année. Ça n’était pas sans déplaire à Victoria Gomez, qui s’ennuyait encore de la chaleur de l’Espagne. De plus, la neige de Londres était toujours mouillée par la pluie et salie, lourde et pleine de boue, à moitié fondue. Rien à voir avec les neiges de l’Amérique, ou des pays nordiques. Ça n’était pas aussi charmant. On ne sentirait pas Noël approcher, dans cette ville, si ça n’était pas des décorations que les marchands avaient commencé à pendre à leurs devantures et les citoyens à leur maison. Dans le grand hall de Black Velvet, un grand sapin avait été installé, magnifiquement décoré. Sobre et élégant à la fois. Elle se demandait si Frédéric en avait installé un à la maison, s’il y avait pensé. Probablement qu’il était trop occupé. Ou peut-être qu’une de ses maitresses avait eu un caprice et avait voulu faire un sapin, et ils l’avaient décoré ensemble … Victoria secoua la tête.

C’était tout de même une belle journée. La dernière neige n’avait pas encore été gâtée par la pluie et un petit vent frais soufflait aujourd’hui. C’était rafraichissant. Elle ne gâcherait pas ça en pensant à ce que son mari faisait lorsqu’elle avait le dos tourné. De toute façon, il pouvait bien faire ce qu’il voulait. Elle allait entrer dans une boutique d’artisanat quand une voix l’interpella.

« Miss Gomez.... »

Elle se retourna vivement, la main sur la lourde poignée de la porte, et reconnut le visage pour le moins caractéristique d’un de ses collègues. Caractéristique non pas parce qu’il possédait des traits étranges ou discordants, mais plutôt parce qu’il n’avait pas le visage des hommes de l’Angleterre. Vassili Tolkien, le médecin de l’école, arborait sur son visage les couleurs et la saveur de la Russie. Et dans sa voix aussi, il fallait le dire.

Depuis l’arrivée du médecin, ils s’étaient croisés quelques fois dans les couloirs, elle allant vers ses cours, lui vers son cabinet de pratique. Ils s’étaient adressés quelques sourires, quelques salutations, avaient échangé quelques propos sur l’école, l’Angleterre. Tous les deux avaient en commun de s’être expatriés d’une contrée adorée pour atterrir à Black Velvet. Et tous les deux portaient en eux la nostalgie de leur pays.

« Tolkien ! »

Elle était à demi surprise de le trouver là. Ou plutôt de le croiser en fait. Elle croisait rarement ses collègues en dehors de l’enceinte de l’école. Sa manie d’appeler tout le monde par leur nom de famille déplaisait à certains. Parfois, c’était pour garder une certaine autorité, démontrer de l’agacement, de la colère, ou parfois simplement sans raison, comme ça. En ce moment, c’était surtout parce qu’elle n’était pas assez familière pour l’appeler par son prénom, et aussi parce qu’elle le trouvait trop jeune pour l’appeler « monsieur Tolkien ».

« Vous profitez du beau temps ? »

Elle avait lâché la poignée de la porte qu’elle tenait un peu avant et s’était approchée de son collègue, laissant la place à des passants qui seraient plus pressés d’entrer qu’elle-même.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Aux violons Brisés...[Pv Victoria Gomez]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Velvet  ::  :: London :: La place marchande-